23.03.12 à 05h00

NADINE MORANO A SCELLÉ LA PREMIÈRE PIERRE DE LA FUTURE MAISON D’ACCUEIL SPÉCIALISÉE POUR ADULTES ÉPILEPTIQUES.

LA PREMIÈRE DU GENRE DANS LE GRAND-EST

 
Signature par Monsieur Joubert, VP de l'Office d'hygiène sociale de Lorraine (OHS)

Signature par Monsieur Joubert, VP de l’Office d’hygiène sociale de Lorraine (OHS) et par Nadine Morano, Ministre, en présence de Pierre Lahalle-Gravier, président de Accueil Épilepsies Grand’Est

L’établissement de soins ouvrira d’ici l’été 2013. Photo Fam.Belloy

ELLE SERA de plain-pied. Mi-ouverte, mi-fermée sur le monde et accueillera quarante-huit résidants. D’ici l’été 2013, la maison d’accueil spécialisée pour adultes épileptiques — qui portera le nom d‘Epi Grand Est — s’érigera sur une parcelle de quatre hectares de prairie sur le site de l’ancien hôpital Jeanne-d’Arc. A l’entrée de Dommartin-lès-Toul. Trois établissements de ce type sont éparpillés dans l’Hexagone. Epi Grand Est rayonnera donc dans le quart nord-est pour offrir un accueil aux adultes handicapés par cette maladie neurologique. En parallèle, un centre médico-social de quarante places sera proposé pour un suivi des malades à domicile. Sans attendre la nouvelle bâtisse, ce dernier a déjà ouvert ses portes sur le site de Flavigny-sur-Moselle. Un lieu où évoluent 650 enfants souffrant de handicaps différents, géré par l’Office d’hygiène sociale (OHS). Ce dernier prendra également en charge Epi Grand Est, où 75 salariés seront recrutés à l’échelle de la grande Région.

Depuis deux ans, Nadine Morano soutient ce projet. la ministre, alors en charge du portefeuille de la Famille et de la Solidarité, a ainsi réussi à « sanctuariser » 4,3 millions d’euros pour le fonctionnement annuel du centre. Une « petite » ligne budgétaire qui refera chaque année surface au niveau des finances de l’Etat. Et couvrira 90 % du fonctionnement.

Quant au coût d’investissement global fixé à 6,8 millions d’euros, il sera pris en charge par l’OHS.

Les premiers coups de pelle retentiront dans un mois. Pour une Maison inaugurée l’an prochain. Avec les mêmes acteurs.

Stéphanie MANSUY © Est républicain

——————–

Nadine Morano, ministre chargée de l’Apprentissage et de la Formation professionnelle, est venue sceller la première pierre de la MAS à Dommartin-lès-Toul.
Photo Clotilde VERDENAL

Avec 60 000 personnes atteintes dans le Grand Est, dont 20 000 en Lorraine, l’épilepsie est une des maladies neurologiques les plus fréquentes. Encore stigmatisée car mal connue, elle est cependant dans la plupart des cas sous contrôle, même si un patient sur cinq présente des crises. Cela signifie qu’avec un traitement adapté, on peut vivre, travailler, conduire une voiture et même avoir des enfants.

Hier, un pas supplémentaire a été franchi dans l’accompagnement des personnes épileptiques avec la pose de la première pierre de la Maison d’accueil spécialisée (MAS) de Dommartin-lès-Toul. Cette structure de 48 places vient combler un grand vide dans le quart nord-est, qui ne pouvait pas accueillir les adultes et les aider à construire un projet de vie. C’est Nadine Morano, ministre chargée de l’Apprentissage et de la Formation professionnelle, qui est venue sceller la première pierre. Elle s’était personnellement battue pour obtenir cette création, à l’époque où elle était secrétaire d’État à la Famille, chargée du handicap. « J’aurais bien voulu garder ce portefeuille, a-t-elle confié. Dans chacune des compétences ministérielles, il devrait y avoir une personne chargée du handicap pour faire avancer l’égalité citoyenne : l’accessibilité, l’école, le travail… Le handicap nous concerne tous, on peut naître handicapé, mais on peut aussi le devenir ».

La vie quotidienne aussi

Cet équipement, qui fonctionnera avec 75 personnels, vient prendre le relais des structures qui accueillent les jeunes jusqu’à leur majorité. Situé sur l’ancien hôpital Jeanne d’Arc de Dommartin-lès-Toul, il est le fruit d’un partenariat entre l’Office d’hygiène sociale, le CHU et l’association Épilepsie Lorraine. Son ouverture est prévue à l’été 2013. En plus de la MAS, il y aura un centre de ressources médico-social des épilepsies sévères qui s’inscrit dans le plan Handicaps Rares. Ce sera uns sorte de guichet unique pour répondre à toutes les questions et difficultés de la vie quotidienne des personnes malades.

Le CHU de Nancy est pôle d’excellence pour l’évaluation et le traitement chirurgical (12 % des cas) de l’épilepsie de l’adulte et de l’enfant. Le P r Vespignani, chef de service, a rappelé à la ministre qu’il fallait hâter la réorganisation de la neurologie afin de répondre à la demande relative à l’épilepsie. « Avec le recrutement des patients belges, on a 18 mois d’attente pour une opération. Il nous faut impérativement des lits en plus. » D’un coût de 6,8 M€, le projet est financé également par le conseil général de Meurthe-et-Moselle pour son fonctionnement, ainsi que par l’Etat et la Cnam.

M. R  © republicain lorrain

 

 


Commentaire

Première Pierre ! c’est fait ! — Aucun commentaire

Laisser un commentaire

HTML tags allowed in your comment: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>